Nos valeurs

Notre projet pédagogique 2011 - 2015 donnait à la CEDDBW les valeurs plus "sociologiques" que sont le "Vivre ensemble", "Bien-être", l'"Insertion sociale" et la "Pluriculturalité". Bien que la CEDDBW continue à être attachée à ces valeurs, celles-ci sont intégralement remplacées par des valeurs plus "méthodologiques" et adaptées à notre rôle d'acteur de seconde ligne.

Ces valeurs que sont la participation, la professionnalisation et l'émancipation pourraient apparaître, pour certains, plus comme des méthodes. Nous, service de coordination, voulons les ériger en valeurs. En effet, si les valeurs sont des principes auxquels il faut se conformer, conformer les manières d'être et d'agir. Il s'agit de choix appelés à orienter nos actions et, espérons-le, celles des professionnels de notre secteur.

Nous n'avons bien évidemment pas la prétention de croire que nous allons, à nous seuls, émanciper les écoles de devoirs brabançonnes du modèle historique ou être à la base d'une professionnalisation de masse. Nous voulons seulement, avec détermination, à notre niveau et sur notre territoire, renforcer ou ralentir certaines tendances et miser sur l'effet "boule de neige" que pourraient avoir nos actions. 

De plus, le secteur des écoles de devoirs a entamé un grand chantier de (re)définition de son identité. A l'occasion de ces travaux, les valeurs du secteur ont été définies tout comme les missions des edd ont été "dépliées".

Du bien-être au mieux-être

Le bien-être de l'enfant, notion première pour l'O.N.E, est réaffirmé comme la valeur centrale du secteur école de devoirs dans sa globalité (EDD + opérateurs culturels), celle qui doit guider toutes nos actions.

Ce bien-être de l'enfant est poursuivi dans le cadre d'une société excluante, inégalitaire et qui doit donc changer de tendance générale. En Brabant wallon, on craint la notion parfois floue sinon "bateau" de bien-être et voulons mettre l'accent sur ce changement social nécessaire. Nous privilégierons donc le terme de "Mieux-être de l'enfant dans la perspective d'un changement social".      

Ensuite, nous nous sommes mis d'accord avec nos homologues du secteur sur trois valeurs sectorielles que sont la citoyenneté, l'équité et la solidarité et les avons définis.

L'ensemble forme un système de valeurs cohérent - une première "carte" - représenté par le schéma ci-dessous. Il se compose donc de nos valeurs sectorielles et de nos valeurs propres mais également de mots-clés. Ces derniers auront été à la base de la définition de nos finalités et objectifs généraux. 

 

Nos valeurs brabançonnes :

  • Participation : « la vivre et la faire vivre »

Il s’agit de considérer et de défendre les enfants, leurs parents, les animateurs, les coordinateurs, les gestionnaires comme autant d’acteurs du secteur disposant du droit de s’exprimer et de s’impliquer au sein des structures dont ils sont membres.

Cette participation passe tant par l’instauration d’attitudes et de comportements favorables que par l’établissement d’instances plus ou moins formalisées permettant l’expression et l’implication des individus et/ou des groupes.

La participation est une priorité pour notre coordination qui s’applique tant au niveau des outils et contenus proposés par la coordination (actions) qu’à celui des processus qui génèrent ces outils et contenus (structure).

  • Professionnalisation : « Reconnaitre les bonnes pratiques et s'améliorer »

Il s’agit de considérer et de défendre le travail en école de devoirs comme un métier à part entière nécessitant des savoirs, des savoir-faire et savoir-être spécifiques. En tant que tel, le travail en école de devoirs, sur base volontaire ou non, fait l’objet de droit et de devoirs.

  • Emancipation : "Se libérer et évoluer pour le mieux-être de l'enfant"

Il s’agit de considérer et de défendre le fait que les écoles de devoirs sont des acteurs d’un secteur d’une société en perpétuelle évolution. Il est donc primordial de soutenir et d’encourager celles-ci à se libérer des préjugés inhérents au secteur pour pouvoir ensuite clarifier et la construire leur rôle dans l’espace des institutions.