Actualité

Evènement

La fureur de lire

28/09/2022 - CEDDH

Bientôt, la fureur de lire du 12 au 16 octobre prochain avec pour thème cette année : Lire autrement.

Le programme complet ici

Concours "LA PETITE FUREUR"

Ce concours littéraire de la Fédération Wallonie-Bruxelles vise à promouvoir la lecture auprès du jeune public de 3 à 15 ans. 

L'objectif est de choisir l'un des 15 livres d'auteurs, illustrateurs et/ou traducteurs belges sélectionnés et d'en prolonger la lecture : dessin, collage, poésie, chanson, adaptation théâtrale... Tout est permis sauf les réalisations en 3D. En 2021, plus de 8.000 enfants ont participé à ce concours.

CHÈQUES "LA PETITE FUREUR"

Pour encourager la lecture, la FWB propose, aux enseignants et professionnels en Ecoles De Devoirs désireux de participer au concours avec leur classe/EDD, des chèques "La Petite Fureur" d'une valeur de 45 €, 2 par structure maximum. Ces bons de réduction permettent d’acquérir un ou plusieurs livres de la sélection petite fureur dans une librairie labellisée.

Plus d'infos ici

LES CHEQUES LIRE PETITE FUREUR sont disponibles, jusqu'à épuisement des stocks, depuis le 01/09/2022. Demande à adresser à fureurdelire(at)cfwb.be

Formation

IL RESTE DES PLACES !

03/10/2022 - FFEDD

Suite à des désistements de dernière minute, il reste des places pour la Formation qualifiante d’animateur en École de Devoirs.

Pour rappel, cette formation donne accès au Brevet d’animateur en École de Devoirs (brevet homologué par la Fédération Wallonie-Bruxelles).

► La session 2022-2023 débute en ce mois d'octobre à Ottignies.

Intéressé.e ?

Inscrivez-vous au plus vite via le site : https://www.ecolesdedevoirs.be/agenda/1465
ou directement par téléphone au : 04/222.99.38.

Politique (articles militants)

Diminuer nos thermostats de 1 ou 2 degrés ne nous évitera pas l’hécatombe !

26/09/2022 - FFEDD

Ça chauffe dans les secteurs de l’enfance et de la jeunesse, espaces d’accueil et d’émancipation !

Indexations salariales successives et augmentation exponentielle des coûts énergétiques, locatifs ou d’approvisionnement : les structures d’accueil pour les enfants et les jeunes s’inquiètent de leur survie.

Les enfants et les jeunes méritent mieux que des bouts de ficelles et des solidarités bricolées. 

Automne-hiver 2022 : Les fédérations et associations « Enfance & Jeunesse » tirent la sonnette d’alarme.

Dans les semaines et mois à venir, les structures associatives Enfance et Jeunesse craignent de voir leurs comptes définitivement virer au rouge et de ne plus pouvoir assurer pleinement l’accueil de leurs publics … voir – si un soutien ne leur est pas accordé - d’aboutir à des fermetures (de services, de places, de structures d’accueil,…) ainsi qu’à la dégradation des conditions de travail, à la suppression d’emplois (des dizaines de milliers d’emploi sont concernés) et à la précarisation des volontaires qui, faute de soutien suffisant, ne pourront plus donner de leur temps pour les enfants et les jeunes.

Après deux années profondément marquées par la Covid-19, ces structures (crèches, écoles de devoirs, organisations de jeunesse, maisons de jeunes, centres d’hébergement, etc.) se montrent inquiètes pour leur avenir. Les indexations salariales successives et l’augmentation des coûts énergétiques et autres, non compensées totalement par des subventions indexées, menacent directement leur survie. Déjà perceptible, l’hiver risque de laisser sur le carreau des associations aux quatre coins de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Premières victimes ? Les enfants et les jeunes… encore une fois.

Bien sûr, la crise touche tout le monde, particuliers comme entreprises ainsi que les autorités (sur qui pèsent différentes crises et réformes). Nous, qui travaillons en solidarité, nous en sommes conscients et inquiets. Cependant, les enfants et les jeunes méritent mieux que des bouts de ficelles et des solidarités bricolées.

Les structures qui les accueillent ne sont pas des entreprises comme les autres.

Majoritairement associatives, elles dépendent très souvent de subventions mais aussi de la participation financière de leur public. Dans le contexte actuel, il est impensable de majorer significativement les montants demandés aux familles déjà lourdement impactées par la crise. Il n’est pas imaginable non plus de priver – encore une fois - les enfants et les jeunes des lieux d’accueil et d’activités qui leur sont dédiés où ils peuvent vivre en collectivité et se construire en société. À la sortie des confinements, une répétition d’un scénario d’isolement impactera durablement une jeune génération dont on s’inquiète déjà de la santé mentale.

Aujourd’hui, tout cela ne sera plus suffisant pour surmonter la crise que nous traversons. Diminuer nos thermostats de 1 ou 2 degrés ne nous évitera pas l’hécatombe ! Les indicateurs socio-économiques indiquent qu’inflation et crise énergétique s’inscrivent dans la durée, au moins jusqu’en 2024. Les associations ont déjà fait le gros dos durant la crise sanitaire. Elles ne pourront pas surmonter sans pots cassés deux nouvelles années de crise.

La plus-value sociétale de nos secteurs (Enfance et Jeunesse) n’est plus à démontrer ainsi que nos difficultés structurelles ou l’indécent sous-financement que nous arrivions tant bien que mal à compenser par un dynamisme, une créativité et par une… certaine abnégation.

C’est pourquoi nous demandons aux différents gouvernements d’instaurer urgemment une concertation et des mesures concrètes :

  • Appliquer le tarif social pour les entreprises du non-marchand ;
  • Augmenter les indexations des subventions d’emploi et de fonctionnement des structures d’accueil ;
  • Débloquer un fonds d’urgence et des aides financières conséquentes pour soutenir les structures subventionnées et non subventionnées des Secteurs de l’Enfance et de la Jeunesse ;
  • Investir dans la rénovation énergétique des structures d’accueil et des bâtiments.

Plusieurs centaines de structures associatives sont menacées. Des milliers d’enfants et de jeunes, de 0 à 30 ans (et leurs familles ainsi que l’École) comptent sur ces soutiens de proximité, d’aide quotidienne et d’émancipation citoyenne. Le dynamisme, la créativité et l’abnégation des travailleurs et travailleuses de l’associatif ont, malheureusement, leurs limites. L’automne et l’hiver sont à nos portes. L’urgence, c’est maintenant.

Les signataires :

La Fédération Francophone des Écoles de Devoirs (FFEDD)
La Fédération des Initiatives Locales pour l’Enfance (File)
Bruxelles Accueil et Développement pour la Jeunesse (Badje)
La Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes (COJ)
Le Conseil de la Jeunesse Catholique (CJC)
La Fédération des Maisons de Jeunes (FMJ)
La Fédération des Centres de Jeunes en Milieu Populaire (FCJMP)
La Fédération Infor Jeunes Wallonie Bruxelles
Les Auberges de Jeunesse
Le Service d’Information sur les Etudes et les Professions (SIEP)
Relie-F
Résonance
La Fédération des Maisons de Jeunes et Organisation de Jeunesse (FOr’J)
La Fédération de ProJeuneS
La Fédération du CIDJ
La Coordination-CRH ASBL

Voir toutes les actualités