Actualité

Publications (Filoche, bouquins hors EDD, ...)

Retour sur la formation « Le harcèlement entre enfants : comprendre, prévenir et agir »

31/01/2023 - CEDDNamLux

Les jeudis 12, 19 et 26 janvier, plusieurs EDD des provinces de Namur et Luxembourg ont eu la chance de participer à la formation « Le harcèlement entre enfants : comprendre, prévenir et agir ». Merci à Lysiane Mottiaux de l’Université de Paix pour ce temps d’apprentissage très enrichissant durant lequel nous avons défini et compris le phénomène de harcèlement, appris à reconnaître les signes, et découvert des outils de prévention et de gestion des tensions dans les groupes.

Publications (Filoche, bouquins hors EDD, ...)

Offre d’emploi d’un(e) chargé(e) de projets

22/12/2022 - CEDDNamLux

La coordination des Ecoles de Devoirs des provinces de Namur et Luxembourg asbl recrute un(e) chargé(e) de projets à mi-temps.

Description de la fonction :

En concertation permanente avec l’Organe d’Administration et la coordinatrice de l’asbl, le (la) chargé(e) de projets prend toutes les initiatives pertinentes afin de :

Analyser les besoins des Ecoles de Devoirs.

Concevoir, organiser, planifier, budgétiser et assurer le déroulement, le suivi et l’évaluation de projets fédérateurs à destination des Ecoles de Devoirs affiliées à la coordination répondant aux besoins exprimés (journée des animateurs, journée des enfants, outil pédagogique, …) et des projets fédérateurs développés par les coordinations régionales et la Fédération Francophone des Ecoles de Devoirs.

Superviser l’outilthèque.

Organiser des matinées à destination des EDD dans les deux provinces.

Participer au volet pédagogique des réunions organisées entre les coordinations régionales et la Fédération Francophone des Ecoles de Devoirs et en assurer le suivi.

Compétences et aptitudes requises :

Connaissances institutionnelles du secteur des Ecoles de Devoirs (EDD, Coordinations régionales et Fédération Francophone des Ecoles de Devoirs).

Capacité de gestion de projets.

Flexibilité, capacité à s’organiser et à gérer plusieurs dossiers à la fois.

Pouvoir se fixer des objectifs et les réaliser.

Sens du relationnel, du travail en autonomie ou en équipe.

Excellente capacité de communication, écrite et orale en français.

Bonne maîtrise des outils bureautiques.

Autres éléments constituant un atout :

Posséder une expérience en EDD.

Connaitre les provinces de Namur et de Luxembourg.

Conditions :

Être titulaire d’un baccalauréat à orientation pédagogique ou sociale ou expérience probante.

Être en possession du permis de conduire B et d’un véhicule.

Contrat :

Contrat à temps partiel (19h/semaine) pour une durée déterminée de 6 mois avec prolongation potentielle.

Engagement prévu dans le courant du premier semestre 2023.

Rémunération : Commission paritaire 329.02 échelle 4.1

Le travail se déroule essentiellement au siège social de l’association, toutefois la fonction exige des déplacements en lien avec la mission dans toutes les Ecoles de Devoirs des deux provinces.

Epreuve de sélection :

Les sélectionnés participeront à un entretien oral sous forme d’interview devant un jury composé de plusieurs administrateurs et de la coordinatrice.

Modalités :

Vous adressez votre lettre de motivation accompagnée d’un curriculum vitae, d’une copie de votre diplôme et d’un extrait judiciaire modèle 2 (daté de moins de trois mois) à l’attention de Madame Perrine Page, Présidente de la CEDD-NAMLUX, par e-mail info@cedd-namlux.be ou par courrier Avenue des Champs Elysées 39 boite 134 à 5000 Namur.

Pour que votre candidature soit recevable, il est impératif que votre dossier soit complet.

La date limite de réception des candidatures est fixée au 31 janvier 2023.

 

 

Politique (articles militants)

Diminuer nos thermostats de 1 ou 2 degrés ne nous évitera pas l’hécatombe !

27/09/2022 - CEDDNamLux

Ça chauffe dans les secteurs de l’enfance et de la jeunesse, espaces d’accueil et d’émancipation !

Indexations salariales successives et augmentation exponentielle des coûts énergétiques, locatifs ou d’approvisionnement : les structures d’accueil pour les enfants et les jeunes s’inquiètent de leur survie.

Les enfants et les jeunes méritent mieux que des bouts de ficelles et des solidarités bricolées. 

Automne-hiver 2022 : Les fédérations et associations « Enfance & Jeunesse » tirent la sonnette d’alarme.

Dans les semaines et mois à venir, les structures associatives Enfance et Jeunesse craignent de voir leurs comptes définitivement virer au rouge et de ne plus pouvoir assurer pleinement l’accueil de leurs publics … voir – si un soutien ne leur est pas accordé - d’aboutir à des fermetures (de services, de places, de structures d’accueil,…) ainsi qu’à la dégradation des conditions de travail, à la suppression d’emplois (des dizaines de milliers d’emploi sont concernés) et à la précarisation des volontaires qui, faute de soutien suffisant, ne pourront plus donner de leur temps pour les enfants et les jeunes.

Après deux années profondément marquées par la Covid-19, ces structures (crèches, écoles de devoirs, organisations de jeunesse, maisons de jeunes, centres d’hébergement, etc.) se montrent inquiètes pour leur avenir. Les indexations salariales successives et l’augmentation des coûts énergétiques et autres, non compensées totalement par des subventions indexées, menacent directement leur survie. Déjà perceptible, l’hiver risque de laisser sur le carreau des associations aux quatre coins de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Premières victimes ? Les enfants et les jeunes… encore une fois.

Bien sûr, la crise touche tout le monde, particuliers comme entreprises ainsi que les autorités (sur qui pèsent différentes crises et réformes). Nous, qui travaillons en solidarité, nous en sommes conscients et inquiets. Cependant, les enfants et les jeunes méritent mieux que des bouts de ficelles et des solidarités bricolées.

Les structures qui les accueillent ne sont pas des entreprises comme les autres.

Majoritairement associatives, elles dépendent très souvent de subventions mais aussi de la participation financière de leur public. Dans le contexte actuel, il est impensable de majorer significativement les montants demandés aux familles déjà lourdement impactées par la crise. Il n’est pas imaginable non plus de priver – encore une fois - les enfants et les jeunes des lieux d’accueil et d’activités qui leur sont dédiés où ils peuvent vivre en collectivité et se construire en société. À la sortie des confinements, une répétition d’un scénario d’isolement impactera durablement une jeune génération dont on s’inquiète déjà de la santé mentale.

Aujourd’hui, tout cela ne sera plus suffisant pour surmonter la crise que nous traversons. Diminuer nos thermostats de 1 ou 2 degrés ne nous évitera pas l’hécatombe ! Les indicateurs socio-économiques indiquent qu’inflation et crise énergétique s’inscrivent dans la durée, au moins jusqu’en 2024. Les associations ont déjà fait le gros dos durant la crise sanitaire. Elles ne pourront pas surmonter sans pots cassés deux nouvelles années de crise.

La plus-value sociétale de nos secteurs (Enfance et Jeunesse) n’est plus à démontrer ainsi que nos difficultés structurelles ou l’indécent sous-financement que nous arrivions tant bien que mal à compenser par un dynamisme, une créativité et par une… certaine abnégation.

C’est pourquoi nous demandons aux différents gouvernements d’instaurer urgemment une concertation et des mesures concrètes :

Appliquer le tarif social pour les entreprises du non-marchand ;

Augmenter les indexations des subventions d’emploi et de fonctionnement des structures d’accueil ;

Débloquer un fonds d’urgence et des aides financières conséquentes pour soutenir les structures subventionnées et non subventionnées des Secteurs de l’Enfance et de la Jeunesse ;

Investir dans la rénovation énergétique des structures d’accueil et des bâtiments.

Plusieurs centaines de structures associatives sont menacées. Des milliers d’enfants et de jeunes, de 0 à 30 ans (et leurs familles ainsi que l’École) comptent sur ces soutiens de proximité, d’aide quotidienne et d’émancipation citoyenne. Le dynamisme, la créativité et l’abnégation des travailleurs et travailleuses de l’associatif ont, malheureusement, leurs limites. L’automne et l’hiver sont à nos portes. L’urgence, c’est maintenant.

Les signataires :

La Fédération Francophone des Écoles de Devoirs (FFEDD)
La Fédération des Initiatives Locales pour l’Enfance (File)
Bruxelles Accueil et Développement pour la Jeunesse (Badje)
La Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes (COJ)
Le Conseil de la Jeunesse Catholique (CJC)
La Fédération des Maisons de Jeunes (FMJ)
La Fédération des Centres de Jeunes en Milieu Populaire (FCJMP)
La Fédération Infor Jeunes Wallonie Bruxelles
Les Auberges de Jeunesse
Le Service d’Information sur les Etudes et les Professions (SIEP)
Relie-F
Résonance
La Fédération des Maisons de Jeunes et Organisation de Jeunesse (FOr’J)
La Fédération de ProJeuneS
La Fédération du CIDJ
La Coordination-CRH ASBL

Ça chauffe dans les secteurs de l’enfance et de la jeunesse, espaces d’accueil et d’émancipation !

Voir toutes les actualités